La Marche Du Fermier

Dividendes de santé à long terme de l’activité physique.

La Marche Du Fermier

Dividendes de santé à long terme de l’activité physique.

Terry Doran disait autrefois que si on sent le besoin de faire de l’exercice, il suffit de faire un petit somme jusque ça passe. L’agriculteur de 72 ans de Bow Island, Alberta a changé d’idée en 2002, alors dans la cinquantaine avancée. Les maux et les douleurs de l’âge avaient commencé à le rattraper. Il réalisa qu’il devait devenir plus actif sinon, il se retrouverait avec une canne ou une marchette avant son temps.

Cet hiver là, il décida d’adhérer au club de conditionnement de Bow Island que venait de fonder son voisin, Adrian Van Hamm. Les hommes se réunissent deux fois par semaine pour un entraînement intense par leur instructrice en conditionnement, Judy Van Hamm, la femme du cousin d’Adrian. Le groupe comptait 3 membres à l’origine mais attire aujourd’hui 15 agriculteurs de la région qui viennent à la classe du matin.

« Je sais que je tente seulement de reculer l’inévitable mais je veux vraiment res-ter souple et flexible, dit Terry. J’ai passé la journée d’hier à monter et descendre une échelle pour rénover un toit de grange. Je n’aurais jamais pu le faire sans cette classe. Et je ne travaillerais plus sans cela. »

Le risque. Une étude de 2016 de Per Ladenvall, un chercheur de l’université de Göteborg en Suède, publiée dans le European Journal of Preventative Cardiology, a fait ressortir que la mauvaise condition physique vient juste après le tabac comme principal facteur de risque de décès prématuré. Basée sur les données de “Study of Men Born in 1913”, l’étude examina la santé cardio-vasculaire de presque 800 hommes suédois ayant atteint 50 ans en 1963. Les survivants furent testés aux dix ans sur 45 ans. Les résultats ont étonné : chaque augmentation du niveau de forme physique d’un participant réduisait son risque de 21 %. Les résultats furent similaires au Canada et aux États-Unis.

À une époque, l’activité journalière des agriculteurs les tenait en bonne forme, dit Judy Van Hamm. Le travail était physique à 90 %. Mais aujourd’hui, les gros agriculteurs ont rarement l’occasion de sortir de leur bureau. Il y a 40 ans, il était normal pour un producteur laitier de traverser l’étable avec deux seaux de 15 kilos de lait. Aujourd’hui, si on voit quelqu’un faire « la marche du fermier », c’est qu’il s’entraîne pour une compétition d’hommes forts.

Terry Doran dit que sans exercices réguliers, il ne travaillerait plus à 72 ans.

Terry Doran dit que sans exercices réguliers, il ne travaillerait plus à 72 ans.

Il semble presque impossible de structurer la vie de l’agriculteur moderne pour l’exposer davantage à des troubles cardiaques. L’occupation unit une population stressée et vieillissante avec un travail de plus en plus sédentaire, ponctué d’activités physiques intenses. Comme potentiel de crise cardiaque, c’est encore pire que de pelleter l’entrée de cour après une lourde bordée de neige.

Heureusement, on peut faire beaucoup pour améliorer sa santé, affirme madamet Catherine Trask du Canadian Centre for Health and Safety in Agriculture à l’Université de Saskatchewan à Saskatoon. Une simple marche peut aider à améliorer la condition physique et l’endurance. Son mouvement léger contribue aussi à la santé des articulations et du dos.

« Certains ont plus de facilité à maintenir une routine d’exercice en le faisant en groupe avec leurs amis, dit Mme Trask. Faites ce qui vous plaît — que ce soit le curling, le patinage, la natation ou la danse. Tout ce qui vous fait bouger est bon pour vous. »

Se soutenir. « Je suis de ceux qui ont besoin d’un groupe pour se garder motivés, dit M. Van Hamm. Quand nous sommes ensemble, nous nous motivons mieux que si nous étions seuls. Et une fois les exercices terminés, nous allons prendre un café. C’est un moment social. »

« Quand j’étais jeune, je ne m’inquiétais pas de rester actif, dit Les Wall, PDG de KCL Cattle Company à Coaldale, Alberta. À l’époque, c’est moi qui faisais à peu près tout : nourrir les bêtes, les travaux des champs et les déplacements des tuyaux d’irrigation. Maintenant, tout est tellement automatisé que je ne fais pratiquement plus d’exercice physique. »

Il y a une décennie, Les et son épouse, Lisa, ont décidé d’incorporer le conditionnement structuré à leur vie pour maintenir leur santé. Le couple adhéra à un groupe de conditionnement de la ville avoisinante de Lethbridge et assiste deux fois par semaine à des séances de conditionnement intense. La plupart du temps, leur fille Karleen se joint à eux. Et ils ont commencé à courir ensemble tout les trois. C’est devenu une activité de famille.

Catherine Trask dit que toute activité qui vous fait lever et bouger apporte des bénéfices à long terme à votre santé.

Catherine Trask dit que toute activité qui vous fait lever et bouger apporte des bénéfices à long terme à votre santé.

Cardio et exercices de base. « Les agriculteurs devaient choisir un programme d’exercice qui offre beaucoup d’entraînement musculaire, de flexibilité et de cardio, dit Judy Van Hamm. Le maintien d’un bon programme protège le dos et les organes quand vous passez la journée à vous faire secouer sur le siège du tracteur. »

Roger Lobb, l’un des agriculteurs qui participent au groupe de conditionnement de Bow Island, dit que les exercices de base l’ont aidé à prévenir beaucoup de blessures à sa ferme. Il dit qu’il peut vraiment ressentir la différence lorsqu’il doit ramper sous l’équipement avec un outil lourd.

Les centres d’entraînement sont peut-être plus rares en milieu rural, mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas intégrer l’activité physique à la journée, dit Mme Trask. Rester assis des heures derrière un bureau ou dans une machine n’est pas bon pour le dos. Faites des pauses régulières. Sortez de la machine et faites de petits exercices de torsion et d’étirement pour mobiliser la colonne.

« Commencez la journée par une petite marche ou en balançant les bras en cercle a un résultat positif sur la santé, dit Mme Trask. Il y a une bonne façon de réchauffer les articulations et le système cardio-vasculaire. Si possible, évitez d’entreprendre l’activité physique vigoureuse en début de journée. Le risque est plus grand de blessures à l’épaule ou même d’événements cardio-vasculaires. »

Plus d’excuses. « On peut toujours trouver des excuses pour ne pas faire d’exercice, dit Lisa Wall. Le conditionnement n’est pas facile. Mais j’aurai 50 ans l’an prochain et je me sens mieux que quand j’en avais 40. »

Read more