L’ensilage de soja

Le soja comme alternative intéressante à l’ensilage préfané.

L’ensilage de soja

Le soja comme alternative intéressante à l’ensilage préfané.

Le soja a peut-être été introduit en Ontario en 1893 comme culture fourragère, mais la plupart des producteurs laitiers d’aujourd’hui seraient prêts à l’ensiler advenant une sécheresse grave. Toutefois, Oliver, Nick, Robert et Michel Thurler de South Mountain, Ontario, nourrissent chaque année leurs 450 vaches laitières avec un ensilage de soja dans un rapport 35/65 avec l’ensilage de maïs. C’est pour eux une option fiable, économique et de haute qualité.

« Notre ensilage de soja a une teneur en protéines de 24 à 27 %, dit Nick Thurler. On ne le coupe qu’une seule fois mais son rendement équivaut à trois bonnes coupes de luzerne. »

Selon Lenny Van Loon, spécialiste en nutrition animale chez MacEwen Agricentre de Maxville, Ontario, qui travaille avec les Thurler, l’ensilage de soja donne habituellement environ cinq tonnes de fourrage sec par acre. Il s’agit d’un excellent additif à leur ration alimentaire. Non seulement la teneur en protéines est élevée mais la digestibilité de la matière sèche se situe entre 75 et 85 %. Et sa texture aide aussi à stimuler la rumination.

« Je ne peux pas dire que c’est meilleur que la luzerne, mais certainement aussi bon, dit M. Thurler. La valeur alimentaire est très uniforme. C’est un grand avantage car le réglage de la ration se fait pour toute l’année. Les chiffres ne varient pas. »

Destruction par l’hiver. Les Thurler ont fait de la luzerne pendant des années mais l’hiver entraînait beaucoup de pertes dans leurs terres planes et fortement argileuses, dit Nick Thurler. Le problème fut tel il y a environ dix ans qu’ils passèrent à un mélange de roseau et de brome pour le fourrage. Cela fonctionnait assez bien s’il pleuvait durant l’été, mais le rendement baissait en seconde et troisième coupes les années sèches.

Selon les Thurler, les valeurs nutritives sont uniformes.

Selon les Thurler, les valeurs nutritives sont uniformes.

« J’ai d’abord entendu parler de l’ensilage de soja par un confrère du Québec, dit M. Thurler. L’idée m’a paru intéressante et nous avons fait un essai sur 200 acres. Le succès fut tel que nous l’avons adopté. Nous faisons maintenant 450 acres de soja fourrager en plus de 1400 acres de soja-grain. Si le rendement baisse à cause de conditions plus sèches que la normale, nous ensilons une partie du soja-grain pour nous rattraper. »

Comme ils sèment le soja chaque printemps, aucune destruction par l’hiver. Ils choisissent une variété très haute et très tardive. En temps normal, il pousse à hauteur des épaules.

Le soja fourrager se cultive plus ou moins comme toute autre variété de soja. Il faut toutefois savoir que certains produits de protection des cultures enregistrés pour le soja-grain ne peuvent pas être utilisés pour le soja fourrager. D’autres nécessitent un certain nombre de jours entre la dernière application et la moisson. Par exemple, il faut attendre au moins 14 jours après la dernière application de Roundup WeatherMAX avant la coupe du soja fourrager.

Ils servent l’ensilage de soja dans un rapport 35/65 avec l’ensilage de maïs.

Ils servent l’ensilage de soja dans un rapport 35/65 avec l’ensilage de maïs.

Monsieur Thurler fauche son soja avec une faucheuse conditionneuse (sans outil de froissement) dès la fin de la floraison. La matière est laissée andainée pendant environ trois jours pour atteindre 60 % de matière sèche. À ce point, trois ou quatre fauchées sont réunies pour le ramassage à la récolteuse de fourrage. La matière est stockée en silos plats pour trois ou quatre mois avant d’être prête à servir.

Certains désavantages. Le problème est que vous mettez beaucoup de vos oeufs dans un seul panier, dit M. Thurler. L’approvisionnement peut devenir risqué advenant une sécheresse sévère, une tempête de verglas ou un sérieux problème de maladie. Et cela occasionne beaucoup plus de travail en fin août et en septembre. Il faut commencer l’ensilage de maïs dès que se termine l’ensilage du soja.

Read more